Capea-500
Photo © Daniel Castets - REGARDS DU SPORT - Capea à Cazaubon


Moi je veux être torero !
Les petites filles veulent être infirmière ou maîtresse.
Les petits garçons veulent être gendarme ou pompier.
En Gascogne les petites filles veulent être danseuse de flamenco, et les petits garçons veulent être torero.
Choquant et incompréhensible pour les gens du Nord (au dessus de la ligne Bordeaux-Valence).
Naturel pour nous, gens du sud.
C'est tout simplement la définition de la culture. Ce sont nos gênes. On n'a pas choisi de naître au milieu des champs, des bois, des vaches, des toros, de la musique.
Nous aimons aimer, chanter, boire et danser. Nous aimons combattre les vaches et les toros.
Bien entendu, il y en a toujours une douzaine devant la puerta grande qui enragent de voir parents, grands-parents et enfants courir par milliers aux arènes.
Il n'y pas d'école de maîtresses ou de gendarmes pour les petits enfants de 8 ans.
Chez nous, il y a des écoles de danseuses de flamenco et de toreros pour les petits enfants de 8 ans.
Bien entendu, vous ne verrez jamais cela à la télé. Ce n'est pas correct.

La Capea, mon grand plaisir:
Une petite vache de combat de moins d'un an pesant 70k, combattant un jeune apprenti torero. C'est cela que je vous propose de regarder.
Cela se passait le 29 Août dernier à Cazaubon, petit village du Gers.
Deux
vidéos de 20 mn qui montrent quelques élèves de l'école taurine "Adour Aficion" dirigée par Richard Milian (torero à la retraite).
Ecoutez attentivement les conseils du maestro Richard Milian.
C'est
ici

Les plus petits élèves ne combattent pas encore les petites vaches, encore trop grandes pour eux. Ils se contentent de toréer une paire de cornes tenue par un copain.
On appelle cela le toreo de salon. C'est là que commence l'apprentissage de l'art taurin.
Une petite
vidéo de 2mn

Au fait, pour ceux qui n'auraient pas compris la différence entre une vache (ou un toro) de combat et une Bretonne (ou une Blonde d'Aquitaine).
Pour cette dernière, vous pouvez la caresser entre les cornes, elles ne demande que ça.
Pour la vache (toro) de combat, à moins de 15 m, faites votre prière.
Pour ceux qui veulent manger de la viande bio, je conseille la viande du toro de combat.
Il a vécu au grand air jour et nuit pendant 5 ans et n'a mangé que de l'herbe verte.
Un élevage durable (de lapin).
Un régal 100% bio. Un mets royal pour écologistes.
;-)


Le haka du paloumayre:
La coupe du monde de rugby ne va pas tarder. Elle va commencer quand les premières palombes vont arriver.
He oui, le rugby et la chasse font aussi partie de notre culture.
Elle est très fournie notre culture. Pas le temps de s'abrutir devant la télé.
Pas le temps d'avaler la vérité des menteurs.
Dommage qu'il faille travailler car nous, dégénérés du Sud, on passerait notre vie à se cultiver.
Donc une petite
vidéo du chasseur de palombes qui pousse son cri de chasse.
C'est i
ci.