Mode 500d
Photo © Daniel Castets - REGARDS DU SPORT - Vivienne

Je suis en vacances, donc pas de politique !
:-))

Oui oui je sais, c'est passé de mode, mais quand même …. au secours !
Ah ah, j'entends d'ici vos réflexions lubriques.
Carne o pescado ?
Male ou femelle ?
Normal, l'art suscite émotions et questions. et d'ailleurs, c'est fait pour ça, non ?
Qu'allez-vous penser de moi ?
Pour vous rassurer (si besoin était), vous trouverez ci-dessous une petite
vidéo que certains "pervers" vont trouver trop courte (garçon, glaçon, caleçon)
Il s'agit d'un défilé de mode en Novembre 1997 de Vivienne Westwood au cours duquel j'ai fait cette photo.
Mitraillant comme un malade, le disque dur de mon boitier était chaud-bouillant. Vous comprendrez mieux en regardant la vidéo.
Vivienne Westwood, une créatrice géniale dont vous n'avez jamais entendu parler.
On ne voit que les Cardin, Dior, Lagerfeld, etc … En fait ceux qui ne dérangent pas le bourgeois et ne remettent jamais en cause l'ordre établi par les bien pensants.
Si vous saviez ce que nous cachent tous ces faux-culs. Parce que, eux ……..
Donc, pour moi, un bref passage (trop bref) dans le milieu un peu déjanté des créateurs (trices) de mode, qui a fait sauté les verrous d'une culture espano-gasconne que je ne renie pas, au contraire.
C'est
ici.
De toute façon, les Andalouses portent aussi des jarretelles.

Quant à ma culture espano-gasconne, deux magnifiques chansons de deux espagnoles que vous ne voyez jamais à la TV.
Trop beau pour être montré:

- Luz Casal chantant Piensa en mi, dans le film "Talons aiguilles" d'Almodovar.
C'est
ici

- Paloma San Basilio
chantant No llores por mi Argentina , que Madona avait tenté d'imiter (en Anglais) dans le film "Evita" d'Alan Parker.
À regarder jusqu'au bout.
C'est i
ci



Pour ceux qui ne comprennent pas l'espagnol:

Piensa En Mi (Pense A Moi)
Si tu as une peine profonde, pense à moi,
Si tu as envie de pleurer, pense à moi,
Vois-tu comme je vénère ton image divine,
Ton innocente bouche, qui est si enfantine,
M'a appris à pécher.
Pense à moi, quand tu souffres,
Quand tu pleures, pense aussi à moi,
Quand tu veux ôte moi la vie,
Je n'en ai pas besoin,
Elle ne me sert à rien sans toi.
Pense à moi, quand tu souffres,
Quand tu pleures, pense aussi à moi,
Quand tu veux ôte moi la vie,
Je n'en ai pas besoin,
Elle ne me sert à rien sans toi.

No llores por mi Argentina ( Ne pleure pas pour moi Argentine).
Ce ne sera facile, tu vas penser que c'est étrange
Quand j'essaie d'expliquer ce que je ressens
Que j'ai toujours besoin de ton amour après tout ce que
j'ai donné
Tu ne me croiras pas
Tout ce que tu verras c'est la jeune fille que tu as connu
d'abord
Bien qu'elle changeait de vêtements à neuf
A six et à sept pour toi,
J'ai dû laisser cela arriver, j'ai dû changer
Pouvais-je rester toute ma vie en bas de l'échelle
Regardant dehors par la fenêtre, ne laissant pas entrer le
soleil
Courir de tous côtés, essayer toutes les nouveautés
Mais rien ne m'a vraiment impressionnée
Je n'ai jamais rien attendu.

Ne pleure pas pour moi Argentine (refrain)
La vérité c'est que je ne t'ai jamais quittée
Par delà tous mes jours éperdus, ma folle existence
J'ai tenu ma promesse
Ne pas rester loin de toi.

Et pour la fortune, comme pour la célébrité
Je ne les ai jamais invitées à entrer
Bien qu'il semblait aux yeux du monde
Qu'elles étaient tout ce que je désirais,
Elles n'étaient qu'illusions
Elles ne sont pas les solutions qu'elles promettaient
d'être
La réponse a tout le temps été ici
Je t'aime et j'espère que tu m'aimes.

Refrain …..

Ai-je dit c'est trop ?
Il n'y a rien de plus
Je peux penser à ce que je vais te dire
Mais tout ce que tu as à faire c'est me regarder
Pour savoir que chaque mot est vrai.

Refrain …