jalal hajir500
ici

Le petit enfant mort sur la plage:
Tous, nous fûmes choqués par cette photo. Elle restera dans notre cerveau.
Pourtant une fois de plus, il y a la tentative d'un gros coup de la part de nos " médias démocratiques ".
France info a annoncé la mort d'un petit Syrien échoué sur une plage grecque fuyant avec sa famille les bombardements de Bashar AL-ASSAD.
Deux jours après, il était
kurde et la plage était turque. Turquie qu'il fuyait (après un séjour de 2 ans avec sa famille) pour aller en Grèce.
Pour nos grands journalistes à furoncle fessier il était bon qu'il fût Syrien pour faire porter le crime sur Bashar AL-ASSAD.
Pas de bol, il est originaire du Nord de la Syrie, de Kobané, terre kurde où le PKK combat Daesh. Il n'y a jamais eu un seul soldat de l'armée de Bashar AL-ASSAD dans la région. Par contre l'armée turque a bombardé les Kurdes à Kobané qui combattaient (et qui combattent toujours) Daesh.
Chut …. La Turquie est notre amie, elle est dans l'OTAN comme la France et les USA. Chut …..
Ce n'est ni plus ni moins qu'un assassinat de la conscience humaine.
Pour mettre le petit enfant plus en évidence afin de choquer d'avantage l'opinion publique, les médias français ont recadré sévèrement la photo.
Le coup de bluff a été très rapidement contré sur Internet et d'une photo qui se voulait culte, symbole de la tyrannie Syrienne, elle est devenue l'exemple à ne pas suivre pour un véritable journaliste.
D'un seul coup d'un seul, la photo a disparu simultanément de tous les médias. Le coup a loupé grâce à la vigilance de démocrates attachés à la vérité qu'ils ont pu exprimer sur Internet.
Internet qui n'existait pas pour dénoncer les mensonges de la presse en 1983 sur le fameux charnier de Timisoara (fabriqué de toutes pièces) provocant la "révolution" en Roumanie. Pas plus que la photo de Colin Powell à l'ONU en 2003, montrant les preuves d'armes de destruction massives (qui n'existaient pas) justifiant l'envahissement de l'Irak par les USA et donc la catastrophe que nous vivons aujourd'hui.
Qu'avaient-elles derrière la tête nos élites politiques et médiatiques pour oser exhiber et mettre en valeur le cadavre d'un enfant ?
Obtenir l'assentiment des Français, concocter ensuite un bon sondage, et enfin bombarder Damas pour éliminer Bashar AL-ASSAD comme ils l'ont fait avec Saddam HUSSEIN et Mouammar KADHAFI ?
Après le pétrole de Sadam, le pétrole de Mouammar et maintenant le pétrole de Bashar ?
Il n'y a pas assez de bordel comme ça ?
Il n'y a pas assez de morts ?


Deux poids deux mesures:
Selon l'ONU, 500.000 (cinq cent milles) enfants sont morts en Irak dans les années 90 suite à l'invasion des USA et au blocus des médicaments.
En avez-vous entendu parler par nos grands journalistes ?
Avez-vous une photo qui dénonce ce génocide. Ce crime contre l'humanité ?
Bien sûr que non.
"
C'était le prix à payer" déclara Madeleine Albright, alors secrétaire à la défense des USA.
Le Tribunal International a prononcé des condamnations pour crime de guerre et crime contre l'humanité pour beaucoup moins que ça.
Mais les USA ont tous les droits, alors …. chut.


La photo:
Elle a été faite par Nilüfer Demir, photographe turque de l'agence Dogan.
Elle a été livrée aux médias telle que la photographe l'a cadrée avec son appareil.
C'est la photo ci-dessous.

originale 500
Photo © Nilüfer Demir- DHA


La photo recadrée par les médias français élimine tout ce qui pourrait distraire l'oeil pour que ce dernier se concentre sur le petit enfant.
Éliminés les "témoins" et leur chaise en arrière plan et le second gendarme presque souriant en premier plan.

enfant corrigée
Photo ??????? AFP …..AP …. Reuters …. MaxPPP…. etc ….

Pas assez réaliste, pas assez choquante, donc recadrée pour provoquer plus d'émotion.
Lorsqu'un rédacteur en chef de média fait cela, il le fait sciemment pour peser sur l'opinion. Il ne se contente pas d'informer, il veut jouer un rôle dans l'évènement photographié. Ce n'est plus du journalisme, c'est du militantisme au service d'un objectif, d'une cause. C'est de la propagande au service de celui qui le paye, au service d'une politique.
Chut … je suis une mauvaise langue, un complotiste, et pourquoi pas un terroriste ?
En droit français, cette pratique est interdite. Elle remet en cause le droit moral et patrimonial du photographe garanti par le CPI et ses articles L-121.1 et L-122.1
Mais qui respecte la loi aujourd'hui dans notre beau pays démocratique ?
Mais chut …..
Seule la photographe a le droit de cadrer (en choisissant l'objectif et le point de vue) et de recadrer, car la photo lui appartient. Elle seule était sur place. Elle seule peut attester sur son éthique de journaliste (ça existe encore chez certains) qu'il n'y pas eu de mise en scène comme à Timisoara. D'où l'obligation légale de signer la photo du nom du photographe comme une attestation de vérité; mais aussi pour pouvoir, si nécessaire, le retrouver et l'interroger.
J'ai passé le net au crible pour cette affaire et je n'ai pas été surpris de constater qu'aucun média n'avait signé cette photo du nom de la photographe comme la loi l'impose. Par contre j'ai vu indifféremment les photos signées AFP, AP, Reuters et même MaxPPP. Comme si ces agences étaient sur place. Comme si la photo leur appartenait.
Tout est bon pour se faire de la pub. Quant à la photographe turque, je voudrais bien savoir combien elle va empocher ?
Elle empocherait certainement beaucoup plus si elle portait plainte contre tous les médias français auprès de la 17eme chambre pour infraction au CPI.

Un des exemples de la levée de boucliers sur Agoravox.
Regarder la petite
vidéo de 3mn Michel ONFRAY (qui ne connaissait pas encore tous les détails de l'enfumage).
C'est
ici
Une autre petite
vidéo de 2mn, toujours de Michel ONFRAY sur les bombardements de la France
C'est
ici